C4 – la science derrière le facteur humain

C4 – la science derrière le facteur humain

L’aspect humain est au centre de l’attention au C4. La grande force de l’équipe du C4 est d’avoir une compréhension intuitive et naturelle pour les mécanismes psychologiques qui animent notre comportement individuel et en groupe. Les dernières années ont amené au sein des sciences cognitives un changement de paradigme qui confirme cette vision des spécialistes du C4.

Les résultats et concepts de ces travaux mettent en évidence l’importance de ces mécanismes dans différents domaines comme l’aéronautique, les industries à risque, par exemple : la pétrochimie, le nucléaire et la santé notamment dans des situations de stress, à risque, sous la contrainte ou l’incertitude. La branche des sciences cognitives et sociales qui explore ces mécanismes et capacités est appelée Human Factor, recherche en facteur humain1. L’idée derrière ce concept est d’admettre que nous sommes humains et des êtres sociaux et sociables. Cela implique d’être faillible. Admettre et identifier ses faiblesses permettent de les travailler. Être humain implique aussi d’être capable de puiser dans ses forces pour se dépasser. Un être social est plus apte à se dépasser en équipe et l’équipe peut compenser des faiblesses individuelles. L’interaction de l’individu et le groupe avec l’environnement jouent un rôle essentiel dans ces interactions. Ces interactions concernent à la fois l’individu dans sa façon de réagir, de décider, de gérer le stress et ses interactions avec son groupe de communiquer, partager des informations, gérer des confrontations ou conflits ou des frustrations.

Les travaux suscités ont également mis en évidence qu’une compréhension de ces mécanismes et l’application de principes, concepts et outils simples permettent de développer nos capacités individuelles et les capacités d’un groupe. L’ensemble de ces compétences et capacités est appelé compétences non techniques.

Un secteur pionnier dans l’exploration et le développement méthodique est l’aéronautique. Les besoins et les risques dans ce secteur ont imposé une approche rigoureuse et innovatrice depuis les années 50. Le terme utilisé dans le secteur pour désigner leur approche Human Factor est le Crew Resource Management, CRM. Ce concept a permis d’identifier et de développer les cinq dimensions des compétences non techniques. Il s’agit de :

  • la résilience au stress : absence d’irritabilité, capacité d’intégrer des informations, rester accessible aux autres…
  • la gestion de tâches : prévoir et préparer les tâches à accomplir, prioriser entre les tâches et les missions, identification et utilisation des ressources à disposition, trouver de nouvelles ressources…
  • le travail en équipe : coordination des activités de l’équipe et intégration de tous les membres de l’équipe, échange d’informations avec les autres membres de l’équipe, savoir utilisation de l’autorité et assurance, si besoin sur les autres membres de l’équipe, évaluation des capacités des autres membres de l’équipe et attribution de tâches en fonction de ces capacités, soutien aux autres…
  • la perception de la situation globale : recueil d’informations, reconnaissance et compréhension, anticipation…
  • la prise de décision : identification des options, balance bénéfice risque et sélection, réévaluation de la stratégie déployée…

Depuis une quinzaine d’années, cette approche a été transposée et adaptée à d’autres secteurs, notamment la santé, en particulier, la médecine d’urgence et la réanimation. Cette transposition a généré l’approche du Crisis Resource Management, également CRM, ou Team Resource Management, TRM. Cette approche a permis une exploration plus approfondie et un raffinement de l’approche facteur humain. Le raffinement résulte dans de meilleurs outils d’analyse et de formation. Un de ces outils est le ANTS, the Anesthesist Non-Technical Skills, développé par le Collège des anesthésistes en Grande-Bretagne.

Le ANTS a été adapté pour permettre son utilisation par les instructeurs du C4. Les instructeurs du C4 ont une excellente compréhension naturelle et intuitive du concept facteur humain développé par une expérience inégalée en tant que professionnels et formateurs de centaines de candidats dans les situations les plus extrêmes. Les outils dérivés des sciences cognitives comme la grille d’analyse fournie par l’ANTS homogénéisent et standardisent l’évaluation par les instructeurs. La contribution des sciences cognitives crée une synergie avec l’expérience des instructeurs. Cette synergie facilite et accélère le développement des compétences non techniques des apprenants au cours du stage, d’identifier leurs faiblesses, d’optimiser leurs forces, de mettre de nouvelles compétences en œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *